LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

par MHL

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Entre la page 400 et la page 401 du Lagarde et Michard XVII ième siècle (ancienne édition datant de 1961) se trouve la reproduction photographique du tableau de Louis Le Nain intitulé "Les paysans"

 

 

Lycéenne bien que soumise aux dictats des textes littéraires de ce dit-livre j'avoue, que durant les cours, l'observation de cette reproduction absorbait grandement mon intérêt. Pourquoi? Son climat austère et sombre? Ses couleurs en clair-obscur? Ses fascinants personnages tristes et pensifs? Le réalisme de la scène tellement à contre-courant des portraits pompeux de la noblesse et des génies classiques d'inspiration mythologique?

Bien des années plus tard, lorsque je me suis mise à peindre, ce tableau m'est revenu en mémoire et le défi a été de le reproduire afin de mieux connaître ces neuf personnages qui immobilisés dans le temps de leur siècle (1648) et depuis leur sombre salle commune se tenaient devant moi en témoins silencieux de leur existence.

tableau de Louis Le Nain exposé au Louvre 113 cm x 119 cm (photographie prise au Louvre)

tableau de Louis Le Nain exposé au Louvre 113 cm x 119 cm (photographie prise au Louvre)

copie du tableau par MHL.d'après Louis Le Nain  117 cm x 91 cm

copie du tableau par MHL.d'après Louis Le Nain 117 cm x 91 cm

Une toile, des brosse, des tubes de peinture et la magie du temps et de la volonté.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Trois pleines années, des centaines d’heures ! Une aventure relationnelle forte entre eux et moi et Louis Le Nain ! Je devrais dire Louis Le Nain et ses frères car les trois frères (Antoine, Louis et Mathieu) nés entre 1597 et 1607 originaires de Laon mais vivant à Paris travaillaient ensemble à la réalisation des nombreuses toiles qui leur étaient commandées. Ils peignaient tous trois de la même façon. Difficile donc de différencier les œuvres de chacun d’autant plus qu’ils signaient Le Nain. Ils peignaient entre autres toiles plus conventionnelles (portraits et scènes religieuses) la simplicité du monde rural, peinture de genre dont le thème de la paysannerie avait grand succès auprès des bourgeois de l’époque. Mais les œuvres de ces trois frères sont tombées dans l’oubli durant deux siècles(1700 et 1800) et ont été remises en lumière au début du 20ième siècle.

Avant de « plonger » dans le tableau juste un peu d’histoire pour situer la scène. Nous sommes en 1648, année des traités de Westphalie signés par la France et la Suède et qui mettent fin à un cruel conflit qui a duré 30 ans. Conflit né en 1618 en Europe centrale à la suite d’une querelle entre les protestants de la Bohême et l’Empereur d’Allemagne. En 1635 Richelieu et Louis XIII craignant que le royaume ne soit encerclé par les Habsbourg (Maison d’Autriche) entrent dans cette guerre qui est une longue suite de conflits particulièrement atroces et dévastateurs pour les pauvres gens. Ces paysans pauvres vivent donc sur une terre ravagée dont les récoltes sont régulièrement pillées.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Une grande pièce (assurément la pièce principale de la ferme) très sombre avec des murs d’un vert noirci par le temps mais cependant deux sources de lumière : celle du foyer dont le maigre feu réchauffe à peine l’atmosphère et celle plus clair du jour pénétrant sur la gauche des personnages et dévoilant principalement cette dame d’un certain âge qui attire notre intérêt par la gravité de son regard.

Il y a donc devant nous neuf personnages (trois adultes et six enfants) qui sont rassemblées autour de la table familiale. Les trois adultes nous regardent et peut-être sont-ils conscients d’être les témoins silencieux de la condition paysanne de leur époque (1648). En les observant plus attentivement on peut affirmer que trois générations cohabitent.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

La mère aux vêtements faits de lourdes étoffes, assise devant l’âtre sur un tabouret, tient entre ses doigts longs et fins une cruche et un verre de vin. Mère ou belle-mère de la jeune femme, cette paysanne est fascinante. La lumière venant de la droite la dévoile en premier plan. Son maintien droit et digne, ses vêtements au tissu épais, usé et sali par le temps et les travaux inspirent le respect. Son regard triste doux et désabusé mais aussi mélancolique et résigné, nous prend à témoin de ses désillusions et de la dureté de son existence. C’est à n’en pas douter le personnage central de l’œuvre, le plus rayonnant du tableau.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Qui est donc cet homme assis en arrière-plan, les avant-bras bien campés sur la table, avec son faciès coincé entre les épaules et les bords d’un vieux chapeau. Il nous fixe avec une lueur presque sarcastique. Est-il l’époux de la maîtresse des lieux et le père des enfants ? L’époux de la jeune femme ? Pourquoi est-ce lui qui tient le pain, symbole de travail et de sécurité? Doit-on y voir le signe du maître de maison qui nourrit sa famille? Pourtant sa mise aux vêtements déchirés lui donne un aspect presque misérable. Et puis son regard ne lui donne-t-il pas un air roublard? Malgré l’austérité du lieu, ce personnage n’est pas à sa place. Il contraste avec ceux qui l’entourent. On se refuse à voir en lui un être proche de la famille. Ne serait-ce pas plutôt un journalier de passage venu aider aux travaux de la ferme en l’absence du père et du mari, tous deux partis à la guerre ?

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Le troisième adulte est cette jeune femme aux traits agréables. Seule représentante de sa génération, il est difficile d’imaginer qu’elle soit la mère des six enfants ! Est-elle leur sœur aînée ou seulement la mère des plus jeunes ? Son époux est-il enrôlé dans l’armée royale contre les troupes de la maison de Habsbourg ? N’oublions pas que nous sommes au temps où la guerre ravage les campagnes. Et cependant son regard est si doux et si plein d’aménité ! Sa posture tranquille avec ses deux mains croisées posées sur son tablier, son air aimable nous laisse entrevoir une digne et sage maturité.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Les enfants sont au nombre de six: deux filles et quatre garçons. Trois se réchauffent près du maigre foyer, l’un est assis, les jambes étendues, il regarde le jeu chatoyant des flammes qui se reflètent sur son visage. L’autre qui nous expose son dos est debout près d’un chaudron. Que fait-il ? La lumière de l’âtre dessine à contre-jour sa silhouette. Plus étonnante est l’image de cette fillette dont la pureté et la finesse des traits rayonnent de lumière. N’évoque-t-elle pas une figure mystique?

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Et quel est cet enfant à l’air plus robuste que les autres qui joue de la flûte en premier plan ? Produit-il un son ? Les autres ne semblent pas l’entendre, plus attentifs à fixer les « voyeurs » que nous sommes.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Une fille et un garçon près de la jeune femme ont un air triste.

La fillette, à n’en pas douter, exprime son mécontentement par une bouderie évidente tandis que le garçonnet au teint pâle et dont on remarque la position des jambes anormalement étendues pour un enfant de son âge est assurément chétif et malade.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Des objets sont disposés çà et là : assiette vide sur la table, coupelle, salière, chaudron sur le sol ainsi que marmite, panier, louche et casserole à long manche résument le souci alimentaire de la famille. La table n’est pas mise. Ces paysans ne sont donc pas réunis pour partager un repas mais bien pour satisfaire la volonté du peintre. Cependant le sel, le pain et le vin sont représentés. Le pain étrangement placé entre les mains de cet être discordant symbolise le partage, le travail et la sécurité. Le petit pot à sel de forme hexagonale et raffinée proche de l’assiette vide nous rappelle l’importance du sel pour la conservation des aliments. Le verre de vin tenu élégamment par la maîtresse de maison évoque lui le monde de l’esprit, de la croyance et des mythes.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

La discrète présence des animaux réchauffent ce cadre pour le moins austère mais dont la couleur dominante en ton vert olive adoucit les contours des personnages et des objets.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Les frères Le Nain ont eu ce grand mérite de peindre à contre-courant de leur temps en s’intéressant aux gens simples de la campagne. Les trois frères exposent l'intimité de la vie quotidienne des paysans ainsi que la rudesse de leur vie. Ils nous les dévoilent non pas en êtres miséreux mais en personnes dignes et responsables qui subviennent eux-mêmes à leur besoin malgré les guerres dont ils subissent avec dignité et courage les profondes nuisances.

Oui, ces portraits ont l'immense mérite de donner corps et âme à des personnes humbles de ce temps.

Les frères Le Nain ont mis leur talent au service des gens de l'ombre pour rendre compte de leur existence et de leur dignité.

LES PAYSANS DU XVII siècle l'oeuvre de Louis Le Nain

Je comprends mieux à présent pourquoi ce tableau me fascinait et je suis réellement heureuse de pouvoir chaque jour, à loisir le "percevoir" dans l'intimité de mon domicile.